Philosophie de la photo animalière

Il y a des photos que l’on souhaite prendre et des photos qui s’imposent à nous.

Je sais par expérience qu’en matière de photographie avec des animaux rien ne se passe jamais comme prévu. J’en veux pour preuve mes innombrables promenades au Parc des Félins et les photos prises « sur l’instant » alors que j’avais des idées en tête, ou les clichés pris à la maison avec mes félins domestiqués.

Cela vient du fait qu’en tant qu’animaux, en tant qu’êtres vivants, ils ont tous une volonté qui leur est propre. D’ailleurs à moins d’un dressage évident et efficace rien ne permet de faire « la photo comme je le voulais ». Parce que dans ma tête d’humain photographe je sais à peu près ce que je veux avoir comme image au final, mais mon souhait n’est pas toujours compatible avec les humeurs et les bons vouloirs de ceux qui sont en face.

C’est aussi cela que j’aime dans les photos d’animaux, parce qu’en une fraction de seconde il faut savoir se décider : si ce sont uniquement eux qui agissent je suis le seul au moment de la prise de vue à décider si cet instant me convient ou non. Agir vite, tout instant passé est irrémédiablement terminé.

Je vois énormément de photos animalières magnifiques (dont ce renard que je vous invite à aller admirer) sur une multitude de sites. J’apprécie particulièrement cet exercice et j’ai une grande admiration pour toutes ces personnes qui font de si belles photos.

Après tout, si la photo est belle ce n’est pas uniquement du fait de l’humain qui peaufine les réglages, c’est aussi et surtout parce que la nature elle-même est belle.

Alors si vous adhérez un minimum à mes divagations de ces quelques lignes rendez vous un grand service : allez vous promener plus souvent pour regarder ce qui se passe autour de vous. C’est bon pour la santé (je rappelle que l’OMS recommande de marcher 10.000 pas par jour, soit près de 8 km) et c’est bon pour l’émerveillement !

Lorsque le chat se fait prendre en photo, il se peut toujours qu'il décide de renifler l'appareil.
Le museau d’Aquarelle : Lorsque le chat se fait prendre en photo, il peut toujours décider d’aller renifler l’appareil…

13 réflexions au sujet de « Philosophie de la photo animalière »

  • 16 février 2016 à 17 h 12 min
    Permalink

    Intéressant. Oui, faire de la photographie, c’est excellent et pour l’esprit et pour le corps. je dis toujours que ça m’aide à mieux vivre.

    Répondre
  • 16 février 2016 à 17 h 22 min
    Permalink

    hahaha le coup classique, le chat qui vient renifler l’appareil. Limite faut se mettre en tenue de camouflage se faire oublier et le prendre quand il est dans son monde le castsounet lol. C’est vrai que les animaux, chien et chats, ont tendance a venir vers nous quand on se met a genoux pour les prendre en photo car c’est notre position habituelle pour leur donner une dose de calins. Une chose a essayer a la limite c’est se mettre a deux . Un qui se met a genoux pour que minou aille prendre sa dose de calins et vous de votre coté qui le prennez en photo une fois sa ration de calins prise.

    Répondre
    • 16 février 2016 à 17 h 51 min
      Permalink

      Excellente idée, je rajoute que les chats ici ont compris que l’appareil photo c’est pour attendre quelques chose d’eux (que je les prenne en photo). Du coup l’appareil c’est comme si je me mettais à genoux, du coup ils viennent 😊

      Répondre
  • 16 février 2016 à 23 h 34 min
    Permalink

    Cela me fait penser au film d’Alain Cavalier sur Bartabas, la caméra apprivoise peu à peu le cheval qui lui même apprivoise la caméra jusqu’à venir lui donner un coup de langue comme il le fait avec son « maître » qui sait très bien qu’il obtiendra rien hors du respect de l’animal ! Très belle et émouvante scène !

    Répondre
    • 17 février 2016 à 6 h 11 min
      Permalink

      Je n’ai jamais vu ce film mais je connais le travail magnifique de Bartabas, ravi de cette référence !

      Répondre
  • 17 février 2016 à 20 h 53 min
    Permalink

    Magnifique photo que celle de ce renard et j’admire aussi ceux qui font de la photo animalière mais je crois qu’il faut beaucoup de patience pour attendre le bon moment pour pousser sur le déclencheur.Tu as un avantage,c’est que tu as Aquarelle à la maison et que tu peux retenter une photo tandis que le renard ne repassera peut-être pas. 😉 Aquarelle t’a fait réussir une macro,c’est déjà pas mal. 😀
    N’oublie pas que tu dois prendre la photo en douce.Il faut ruser avec les félins. 😛

    Répondre
  • 18 février 2016 à 23 h 47 min
    Permalink

    Oh que c’est gentil cette référence à mon renard ! Merci 😉
    J’adhère à ce billet d’humeur, effectivement en animalier on a beau penser, préparer ou rêver une photo, il est très rare de pouvoir la réaliser car les animaux eux n’ont que faire de nos souhaits….mais au final je me dit que de pouvoir les rencontrer à l’état sauvage est déjà une chance et cet instant merveilleux suffit parfois 😉

    Pour le parc des félins, il me tarde d’y retourner ! Peut-être une occasion de s’y croiser ?

    Répondre
  • 19 février 2016 à 13 h 04 min
    Permalink

    Sympa comme photo macro. C’est effectivement un sujet très riche et bien difficile que de photographier la nature et les animaux mais tu y arrives très bien. Je suis une adepte de la marche aussi. Quand j’ai le temps je préfère garer ma voiture dès que je peux et faire un bout à pied plutôt que de vouloir à tout prix me garer à 2 pas.

    Répondre
  • 1 mars 2016 à 22 h 00 min
    Permalink

    Quelle est belle cette photo du chat! J’adore. J’essaye de faire pareil avec muppet mais cette derniere est plutot réticente!!! 😀

    Répondre
    • 1 mars 2016 à 22 h 02 min
      Permalink

      Disons que c’est un concours de circonstances, Aquarelle ne tient jamais en place quand je cherche à la prendre en photo 😁

      Répondre
      • 1 mars 2016 à 22 h 04 min
        Permalink

        Muppet aime me tourner le dos… je dois saisir l’occasion!!!! Ca va encore assez bien lorsqu’elle dort! 😀

        Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :